face au vent-avel a benn

face au vent, je vole... le vent me portera, et si il faiblit, je lui donnerai mes ailes. Poésie, photos, coups de gueules, délires, vivez l'instant avec une Bretonne de l'intérieur

16 août 2009

aùel a ben (encore)

décidément ce blog porte bien son nom. Je n'ai pas le temps d'écrire, l'ordi bug et je ne suis pas chez moi.

Que dire...

Depuis toujours j'ai le mal de mer, de la terre, en regardant les bateaux. sur les bateaux, je regarde le chrono pour voir si je vais battre mon propre record: tenir 4 minutes sans vomir :)

Depuis 4j je navigue. A la voile. Sur le Golfe. Et j'aime çà! Je ne suis pas particulièrement douée, persiste à appeler droite et gauche les tribords et babords, et à nommer corde les bouts.

Mais je n'ai pas le mal de mer, et au plus çà va vite, au plus j'aime çà. J'ai déjà appris la patience en montagne, fait l'éloge de la lenteur. Ici çà me sert, car du vent il y en a peu.

Bateau, pique nique sur les iles presques désertes, bateau encore..  Je barre presque comme une grande. La preuve: les 2 enfants blonds comme le soleil qui m'entourent m'ont dit: tu as manqué nous tuer 2 fois.

2 fois, c'est bien non? j'aurais cru pire!

Comment? mes enfants ne sont pas blonds? Les miens non. Ceux ci le sont, et je les aime...

Demain je retourne faire de la voile sur le Golfe, parfois pas très clair. Je vous raconterai. Un jour.

Au plus fort de la tempête, j'ai le doute en moi.. parfois le vent se lève, parfois une éclaircie. Je pense au futur, et j'ai peur. Mais sur l'eau, j'oublie le futur, reste le vent, l'eau, le bruit des voiles, la barre qui parfois résiste, le courant, les bateaux qui vont qui viennent, qui me coupent la route, oh N de D! mais qui a la priorité ici? :)

On ne peut pas naviguer face au vent, aùel a ben.. Mais curieusement, on navigue mal par vent arrière. Hier j'avançais très vite. Au près. Enfin, si çà s'écrit comme çà. Parce que au pré, hein, çà veut rien dire... Au près, c'est " presque face au vent". Là, je filais comme le vent. Surveiller le bout de laine sur le fil, surveiller le foc, surveiller la grand voile, qui a tendance à passer de l'autre coté sans prévenir si on fait des conneries (et j'en fais)

Je n'ai pas le temps de vous raconter... Le temps, il me fait peur,  il me mène à septembre.

Pour l'instant il y a aout..

Hier soir à Vannes, j'ai regardé le feu d'artifice. Il était magnifique. Mais au fond de mes yeux le soleil, et en moi le bruit des vagues et le claquement des voiles. La coque de bois qui tape quand elle prend les vagues de face, l'ivresse de la vitesse quand le bateau penche, penche, à se retrouver le haut de la coque au ras de l'eau.

Et l'odeur de la peau, le soir, après une journée de voile, le sel, le soleil...

Demain je retourne naviguer..

J'espère juste ne pas couler bientot

Sache que... je

Posté par Laouenanig à 20:22 - Breizh - Ar Mor - Commentaires [3] - Permalien [#]

Quelque chose à dire?

    Bon vent alors

    Tant mieux de te lire et que le vent te porteras !

    Posté par jipes, 17 août 2009 à 13:37
  • sans titre ..

    ya longtemps que je ne suis pas passé par ici.... je souhaite bon vent ....à bientôt

    Posté par jean michel, 17 août 2009 à 20:52
  • Hummm! Tu sens le sel....

    Posté par dany, 21 août 2009 à 04:33

Allez y lachez vous!