face au vent-avel a benn

face au vent, je vole... le vent me portera, et si il faiblit, je lui donnerai mes ailes. Poésie, photos, coups de gueules, délires, vivez l'instant avec une Bretonne de l'intérieur

21 août 2007

Brouillard... (2) le Feldberg, comme si vous l'aviez vu (ben nous on l'a pas vu mais on était dessus)

Slurp, miam, slurp, miam...
Deux yaourts natures, avec une cuillère de confiture de pêches dedans.
Maison la confiture!
Je fais de la trèèèèèèèèèès bonne confiture de pêches...

(remarque ciblée :-)) j'ai fini le pot... niark niark. Il en reste 8...)

Retour au récit après la pause miam du midi.

Mercredi 8 aout. Contente de le savoir, j'enfile une polaire sur mon tee shirt, et mon k-way par dessus.
Lever tôt, direction le Sud, et Hinterzarten, superbe station de ski très c'estçlaoui, puis le Feldberg.
Les 100km nous prennent un temps fou: je suis parfois obligée de rouler à 30km/h en ligne droite, le nez sur le pare brise, tant le brouillard est dense. Partout des voitures arrêtées qui balisent: les touristes non habitués au brouillard déclarent forfait.

çà promet...
Et çà tient ses promesses.

Pour éviter à mes enfants une rando de 30km (au départ de Hinterzarten) nous nous rapprochons du Feldberg en cherchant le petit hameau de Rinken, qui nous ramène l'aller retour à 14km.
Au départ du sentier, visibilité 10 mètres... On y croit!!

çà grimpe, çà grimpe... parfois très fort.
Vision (ou non-vision) terrible: la visibilité se réduit bientôt à.. la pointe de nos batons.
Comment se repérer là dedans?
Le balisage dans le coin est présent, mais rare car la végétation est rare. En temps normal, on voit le Feldberg, la tour, l'emetteur.
Il est facile de se perdre, mais on peut toujours se récupérer.
Là... Rien.
Nous suivons un sentier sans savoir réellement où nous sommes.
Le nez dans ma carte au 1/25000 je me dis: un virage à gauche, c'est donc que l'on doit être ici.. etc.

Nous débouchons sur ce que je devine être la microscopique route goudronnée qui relie le Feldberg au Seebuck.
Petit vent glacé, visibilité totalement nulle.
Cette "route", j'ai marché dessus en Avril, mais je la devinais par endroits quand il y avait un trou dans la neige. Ici filaient des skieurs de fond.
Question: OU EST LE FELDBERG?
A gauche, ou à droite?
L'emetteur immense doit être là, tout près. Nous ne le voyons pas!
Pas question de se repérer grace à la carte car tout est assez  hasardeux à cet endroit, les sentiers sont mal représentés sur ce type de carte, qui n'est pas une carte topo  (une simple carte de rando avec des traits de couleurs reliant des balises).
Alors je réfléchis: je suis venue ici...
L'emetteur est au point le plus haut, ainsi que le panneau annonçant le sommet du Feldberg, il suffit donc de choisir le côté qui monte.
Y a des jours où je regrette de ne pas avoir de boussole!

Nous marchons... Toujours rien!
Soudain je crie: Je le vois!! l'emetteur!
Où? demandent les gosses?
Avancez encore de quelques mètres, vous allez distinguer un semblant de silhouette.
Damned.. c'est réellement terrifiant: nous sommes dessus et nous n'avons rien vu!!

J'immortalise les enfants au pied du panneau indiquant 1493m. Jour blanc...

IMAG0121

Même le haut du  panneau est difficile à voir!
Voici le même début Avril, sous un soleil magnifique, les pieds dans la neige:

378_westweg_feldberg

Fou non?
L'emetteur du Feldberg, en Avril:

375_westweg_feldberg

Ne me demandez pas la photo du mois d'aout! ou alors imaginez vous même un carré gris de 450 px...

Nous marchons vers le Seebuck, plus de 1400m aussi, qui est un kilomètre et demi plus à droite...
Euh?
Oùùùùùùùùùùùùù?
Le haut du Seebuck, c'est aussi le haut de la station de ski de Felberg (le village).
Habituellement, on suit le sentier qui longe la petite piste bitumée, ou on suit les traces de ski.
Bah.. Là, on ne peut même pas se repérer en avançant vers la Felbergturm (jolie tour où l'on peut grimper)

La voici en Avril

379_westweg_feldberg
381_westweg_feldberg

Et en aout? Pareil: rectangle gris de 450px
J'explique aux enfants: alors vous voyez, d'ici, vous regardez loin par là, et vous voyez toute la chaine des Alpes!!
Et là, je déprime... Je suis désolée pour eux, je le leur dis, le leur redis.
Promis juré on reviendra. On reviendra même skier ici si j'arrive à trouver le fric pour çà...

Nous descendons par le Westweg, pour retrouver un croisement de sentier qui me tient à coeur.
C'est ici qu'un soir d'Avril, après avoir renoncé à atteindre le Felberg, enfoncée à chaque pas dans la neige jusqu'en haut des guêtres, j'avais renoncé, pour mieux y retourner le lendemain.
C'est ici que ce même soir d'Avril, j'avais emprunté le plus beau sentier du Sud Schwarzwald, le Felsenweg.
C'est ici que je n'avais pas lu le panneau indiquant: "sentier impraticable et dangereux en hiver"...

C'est ici que j'avais mis plus d'une heure à parcourir ce kilomètre et demi de pure merveille, tombant parfois dans la neige jusqu'à l'entrejambe, devant lutter, épuisée, pour en ressortir.
En le parcourant cet été, sous la pluie, je me remémore chaque pas, et découvre avec un grand sourire sur QUOI j'ai marché quelques mois auparavant.
Je reconnais chaque arbre, chaque arbuste assez haut, car il y avait tellement de neige ici que les petits étaient recouverts.
Je me souviens exactement des endroits où j'ai plongé, et comprends alors que je n'étais plus sur le sentier (invisible dans la pente) mais SUR la pente. J'explique aux enfants: la recherche des trous de rochers, l'idée de passer la nuit là, dehors, sans protection, en voyant le jour décliner et me croyant perdue. L'absence de peur. Assumer. Toujours.

328_westweg_felserweg

çà ce n'est pas le sentier, c'est un peu avant. Sur  le sentier j'étais trop occupée à mettre un pied devant l'autre!

330_westweg_felserweg

1m15 de neige mini...
Et au mois d'aout, une glissade continue sur un sentier qui s'éboule parfois tant il a plu. Mais qu'il est beau... (photos prises dans les passages sans difficultés, sinon je surveillais P'tit Troud!)

IMAG0122
IMAG0124 IMAG0126 IMAG0133 IMAG0132 IMAG0134 IMAG0135 IMAG0136

De ce sentier on a habituellement une jolie vue, si on est observateur, du Feldsee, sublimissime lac de montagne encaissé, ceinturé par un cercle continu de sapins (comme le Glaswaldsee) et défendu par des falaises de pierres qui obligent le promeneur à emprunter le seul sentier qui y mène, descente tortueuse au possible.
En fait, il en existe un autre plus facile, mais il n'a aucun interêt par rapport à la descente folle!!

Bah... ce mercredi là, même en se tordant le cou: rien.

Pire: après avoir dévalé la longue descente, du bord du Feldsee on ne voit pas le Feldsee!!

Un peu comme quand vous vous faites arnaquer grave en payant pour monter au dernier étage de la Tour Eiffel en espérant voir tout Paris: VOUS NE VOYEZ MEME PAS LA TOUR EIFFEL!!!

Et je re désespère... J'essaie d'expliquer aux enfants, le dénivelé vertigineux, les pierres dressées, la beauté du lac.
çà en devient tellement risible que Minimoi me demande amusée:
"ferais tu des infidélités au Glaswaldsee"?
Nonnnnnnnnnn!! réponge!
Bon ok, le Feldsee est un lac merveilleux. Sous la neige c'est à tomber par terre, et je ne m'en suis pas privée.
Mais l'amour a ses raisons etc...
Et c'est vers l'autre lac que va tout mon amour.
D'ailleurs les enfants confirmeront à la fin du voyage: c'était bien le plus beau de tous les lacs, et on te passe pas la brosse.
Pourquoi?
Eux même ne peuvent pas le dire... Parce que. Ils ont compris maintenant pourquoi leur mère est raide dingue de ce coin. Compris avec les tripes, pas avec les mots.

Revenons au Feldsee qui joue les Arlésiennes.

IMAG0138

On en distingue la rive quand on est sur la rive.
Nous esperons un lever de brume sans espoir. Parfois, un mouvement des nuages laisse entrevoir un bout de rocher dressé, mais rien de plus

IMAG0143 IMAG0145 IMAG0147

 IMAG0151

Ici, il est interdit de se baigner. Mais Minimoi, qui voulait aller se percher sur un rocher à 3 mètres du bord glisse sur un cailloux moussu, et plouf..
niark niark...
Ce n'est pas fini: elle laisse tomber son baton près du lac, dans.. une bouse

IMAG0154

P'tit Troud et moi hurlons de rire...

Vous voyez, les rochers que l'on aperçoit (mal) sur la photo d'avant? ben...
bon on reprend! Cette photo est trompeuse, car on croit que le ciel commence au bord du semblant de rocher que l'on aperçoit.
Non. Les pierres montent bien plus haut.
Voici la photo du Feldsee en Avril

386_westweg_feldberg

Vous comprenez mieux?
Je dois certainement lasser ceux qui épluchent mon blog régulièrement, car ces photos enneigées vous les avez déjà vues.
Mais çà fait du bien de les revoir!! Un peu de ciel bleu, de clarté! (je ne vous dis pas ce qu'il tombe sur la Bretagne à la minute où je tape cette phrase..)

Regardez encore une fois la photo du Feldsee en aout: vous y voyez un bout de bois mort sortir des herbes qui poussent dans l'eau.
Voici le bois mort en question en avril. J'avais eu une envie folle de "tester" la glace!!

391_westweg_feldsee

Un dernier regard au lac avant de remonter...

IMAG0160

Comme nous sommes des casse cous, nous remontons par ici:

IMAG0155

Non, je rigole!
Nous oublions les rochers verticaux (donc ici on ne devine même pas le pied) pour prendre le sage sentier qui contourne le lac, et rejoint Rinken.
Et cette voie à travers les pierres me fait penser à d'autres rochers, ceux du Glaswaldsee.
Un jour, j'oublierai le sentier tortueux qui y descend, pour couper par la pente. Du point de vue, elle est verticale.
Mais je trouverai la voie...
Je n'ai pas pu le faire cet été (à cause des enfants)  ni cet hiver (trop lourdement chargée)

De retour à Schapbach, nous allons nous régaler au resto.
Goulash... de cerf
J'ai une pensée émue pour le cerf rencontré hier.
 
 Nous nous consolons avec une glace spécial Forêt Noire: 2 boules vanille, 2 boules choco, une tonne de griottes, un mètre de chantilly maison, le tout noyé de kirch...

IMAG0165_2

Posté par Laouenanig à 14:44 - voyages - Commentaires [3] - Permalien [#]

Quelque chose à dire?

    Toujours un plaisir de lire tes notes, si vivantes et humoristiques, souvent.
    Je me rappelle bien de ta note d'avril.
    Je m'étais dit : " C'est quoi (sic) cette dinguo (re-sic ) qui va faire 1000 km pour aller crapahuter seule en altitude, dans la neige " (qui plus est de nuit mais j'imagine que ce n'était pas prévu - rassure-moi) ???
    En même temps, quand on voit la beauté des photos (moins beaux que la réalité, j'imagine), je comprends...
    Chapeau, en tout cas, quel courage !

    Posté par ar valafenn, 21 août 2007 à 21:57
  • Moins belles, les photos. Ugh !

    Posté par ar valafenn, 21 août 2007 à 21:58
  • de nuit? si si.. j'avais meme prévu de marcher 24h non stop, mais j'ai réalisé que c'était une grosse connerie, j'allais bousiller ma semaine en faisant çà.
    Et quand on souffre trop on ne regarde plus rien.
    Et franchement, la nuit, on perd quelque chose!
    Meme si je "vois" la lumière

    la marche de 24h çà me tente toujours... mais là c'est la météo qui me gène: marcher de nuit ET sous la flotte, c'est beurk et dangereux pour les glissades

    Posté par laouen, 21 août 2007 à 22:05

Allez y lachez vous!