face au vent-avel a benn

face au vent, je vole... le vent me portera, et si il faiblit, je lui donnerai mes ailes. Poésie, photos, coups de gueules, délires, vivez l'instant avec une Bretonne de l'intérieur

20 août 2007

Glaswald...

Glaswald est le plus beau hameau de mon monde...
Je n'ai pas écrit "du monde", car il n'y a pas un monde, il y en a un pour chacun de nous.

Glaswald, c'est le hameau qui a donné son nom au lac.
Ce matin là, grand soleil. La météo est pessimiste: le reste de la semaine sera foutu, foutu, foutu...
Il faut savoir faire des choix.
Nous irons donc voir le Feldberg sous la pluie. Il est à prévoir que les enfants ne verront rien du paysage. (en fait ce fut encore pire! mais c'est une autre histoire)

Je leur ai donné à choisir, ils ont préféré retourner aujourd'hui au lac, pour profiter du soleil, et de la baignade en eau glacée.
J'exagère?
Non non: on trempe les pieds, le froid paralyse, et la douleur s'installe.
Au plus fort de la chaleur çà devient supportable.
Et c'est un peu comme une communion avec le lac.

Nous laissons notre voiture entre Bad Rippoldsau et Schapbach. Et nous prenons la route qui monte vers le lac. Et oui... Une route existe, qui amène les voitures jusqu'à un kilomètre et demi du lac. Parking obligatoire, puis lente grimpette sur un chemin très caillouteux.

Nous rentrerons par là ce soir, sur ce ruban de bitume de 5 kilomètres et demi, qui traverse un paysage enchanteur.
Cette route là est si belle qu'elle est balisée comme sentier de rando.

Mais pour l'instant, nous oublions le bitume pour grimper par les sentiers. La pente est très forte, et les enfants sont épuisés. Moi aussi d'ailleurs: la journée à Stuttgart nous a mis sur les rotules.

Après 3 kilomètres harassants, un banc. Une trouée dans la forêt, une pente herbeuse folle, la vue.

IMAG0083

Et sur la gauche, une maison. Nous sommes unanimes: c'est la maison rêvée. La vue, la proximité du lac, un terrain immense, et une piscine creusée (çà c'est accessoire!!)

IMAG0084

La maison est déserte. Maison de vacances, ou résidence principale vide pour cause de mois d'aout?
Seul bémol, même si je finis par comprendre la raison de cela: une clôture de barbelés entoure la maison.
Evident: une maison vide avec une piscine, au mois d'aout, çà tente...
Ici les gens sont respectueux. Envers la nature, et envers les autres. Mais il doit être tentant d'aller faire un petit plongeon après une grimpette sous un tel soleil.

Au risque de paraitre mauvaise langue, la même maison dans le sud de la France, et les proprios la retrouvent squattée à leur retour. Si encore ils la retrouvent entière!
Non je ne fais pas de l'anti-nationalisme! Je suis réaliste.
Le mot respect a été rayé du vocabulaire de pas mal de nos concitoyens. Il y a des cons partout, ok. J'ai juste l'impression que la mentalité des gens de l'Est est différente, plus proche de certaines valeurs que je partage.

Petite descente pour rejoindre les maisons les plus hautes du hameau de Glaswald, en longeant une minuscule chapelle

IMAG0085 IMAG0088

Et voici Glaswald

IMAG0090

Rien d'exceptionnel certainement, mais c'est ici que je veux vivre.
Une cabane de jardin, une vieille grange, n'importe quoi.
Je ne peux même pas vous dire pourquoi.
Moi qui rêve de traverser l'Asie à pieds, c'est ici, dans cette simplicité, que je veux vivre.
Pas "que je rêve de vivre".
Après les sables mauves pailletés d'or du désert, après tout ce que j'ai vu de plus beau que çà, et après tout ce qui sera, il y aura ce coin de montagne.

Zoom sur le bonheur

IMAG0091

Avant de replonger dans la forêt, nous longeons un champ, et discrètement je prends une photo (zoom optique et numérique à bloc) des personnages qui se tiennent sous le grand arbre.
La scène que nous contemplons me touche particulièrement. Et elle me prouve qu'ici, pas si loin que çà finalement de mon coin de Bretagne, "quelque chose" est différent. Une autre façon de vivre, et d'être. Une manière de penser qui a disparu de nos campagnes, qui survit encore dans quelques coins reculés de France.

Ici on est pas dans un pays "arriéré", mais certaines scènes semblent tirées d'un autre temps.
Ici, les champs sont en pentes fortes. Trop fortes parfois pour que le tracteur puisse les faucher. Je ricane en pensant à tous les connards qui détruisent nos talus bretons, car "ils nous empêchent de tourner avec le tracteur, 50cm de terre gâchée".

Alors ici, pour faucher, bien souvent, on prend une faux.
J'ai vu des hommes âgés, dans la pente, balancer l'instrument lentement, d'un geste sur et régulier.
Une excellente manière de se démettre le dos. Celui qui n'a jamais fauché ne tiendrait pas un quart d'heure.
Et les  pâturages sont étendus. Alors, bien souvent, on fauche à plusieurs. La famille se regroupe.
Et... chose extraordinaire, les voisins viennent aider. Tout le monde bavarde, et travaille en même temps. Et ils rient, et sourient, au lieu de maudire leurs pentes, leurs faux, le travail dur de la terre.
Ensuite, ils iront tous faucher le champ d'à côté.
On appelle çà "l'entraide". On pourrait appeler çà "la logique". Voire même "la vie à la campagne".

Bizarre... Toute notion de profit, de rentabilité, de cout/horaire est écartée.

Après la fauche, on ratisse l'herbe coupée. On la met en lignes. Si la machine arrive à grimper, elle fait les bottes de paille. Sinon çà sera fait artisanalement.

Sous le grand arbre, 3 personnes se reposent auprès d'un superbe motoculteur rouge. L'engin n'est pas jeune, mais il a digéré la pente. Deux vieilles dames en robes colorées soufflent un peu, appuyées sur leurs outils.

IMAG0089

Au retour, nous les retrouveront sous l'arbre, mais le travail aura bien avancé.
Le motoculteur sera reparti, récupéré par son proprio, qui ira le faire travailler sur une autre pente.
L'herbe sera rentrée au sec. Et demain, on "donnera la main" pour faucher chez le voisin. On parlera de X, qui nous a quitté, des potins du coin, et on refera la vie du village...
Et la journée se terminera certainement par un repas pris en commun, avec du vin blanc du Rhin.

Je pense aux champs trop plats, aux hectares pollués, aux tracteurs de 400 chevaux, à la vie, au "progrès" qui fait que celui qui n'a  plus le fric pour investir crève dans son coin, sous le regard des autres.
Si l'humanité savait encore tendre la main, se parler, partager.
Si...

Arrête de rêver Laouen.
Va te plonger dans le lac glacé...

IMAG0094_3
Noméo!
Vous croyiez pas que j'allais mettre ma photo en maillot de bain non bidouillée?
Surtout que... elle est super moche la photo originale
Je cligne des yeux
On voit mes grandes dents
Les cheveux mal noués pour pas les mouiller c'est beurk
Je viens de me mettre en maillot, et j'ai une marque disgracieuse sur le ventre (l'élastique du short)
Pis on voit bien qu'entre un air bag et moi y a une énorme différence
Pis mon maillot l'est vieux, tout détendu, tout moche
Pis....

Pis crotte!! Pas envie de me montrer en petite tenue.
Pis... Va falloir que j'invente la teinture camouflage pour le corps
:-))

Posté par Laouenanig à 16:50 - voyages - Commentaires [4] - Permalien [#]

Quelque chose à dire?

    Corvées...

    "Et... chose extraordinaire, les voisins viennent aider. Tout le monde bavarde, et travaille en même temps. Et ils rient, et sourient, au lieu de maudire leurs pentes, leurs faux, le travail dur de la terre.
    Ensuite, ils iront tous faucher le champ d'à côté."

    Dans le Sud Ouest on appelle ça "les corvées". Ca se pratique encore un peu mais de moins en moins. On voyait ça au moment des vendanges, de la fenaison, du battage (c'est loin!), du dépiquage...c'était l'occasion de se retrouver et de faire une bonne bouffe après le labeur (le "bouilli" + le "rôti" SVP!)
    Autrefois chaque agriculteur devait consacrer une partie de son temps à des travaux dans l'intérêt de tous (refaire les chemins par exemple). On appelait ça les "prestations"...

    Aujourd'hui les entreprises agricoles ont remplacé les corvées (contre monnaie sonnante et trébuchante)et les impôts locaux ont remplacé les prestations...

    Ainsi va la vie...

    Posté par Yoyo, 20 août 2007 à 17:15
  • Vénus?

    Le bidouillage de la naïade est assez réussi ma foi!

    Posté par Yoyo, 20 août 2007 à 17:16
  • J'aime votre blogue

    Je vous visite pour la première fois... Magnifiques photos de la Bretagne, vous devinerez à mon nom que j'y suis née... Je reviendrai vous visiter..

    Posté par Anne de Bretagne, 21 août 2007 à 00:09
  • Ah la coquetterie des filles....
    "l"efficacité" d'un airbag ne tient pas à sa taille !

    Posté par Macaron, 21 août 2007 à 11:02

Allez y lachez vous!